Sonia, du groupe de parole de Paris

Le problème majeur est que l’autre voit directement la réalité de l’oeil et ne peut avoir la moindre idée de l’être profond , qui lui , est fondu dans l’isolement.

Avis de Sophie sur le groupe de Paris

On ressort de ce groupe avec une bonne énergie positive et on regarde vers le futur sans douter de soi-même car on sait désormais que nos réactions sont normales

Les secrets

Mon silence si long, mon épouse l’a vécu comme une trahison. Elle m’a reproché d’avoir gardé le silence si longtemps, disant que je ne lui avais pas fait confiance.

Alexandra

Celui qui aurait dû être mon père, mon papa, a violé mon innocence, il a cassé quelque chose en moi, il m’a empêchée de bien me construire psychologiquement, socialement, émotionnellement et physiquement.

Mon corps est comme une bombe à retardement

Ma famille au sens large est une famille bourgeoise, catholique, très éduquée, très diplômée, bien sous tous rapports en apparence. Les hommes agressent les femmes depuis plusieurs générations maintenant puis absolvent leurs péchés auprès de dieu, ce dieu que je rejette puissamment.

. Je sus alors qu’il n’y avait ni « victime », ni « bourreau »

Je devais me rendre à l’évidence ! Pour retrouver la paix intérieure, je devais accepter – intégrer cellulairement – le fait que « victime », « bourreau » ou « sauveur » sont le produit d’une seule et même énergie dont les polarités s’attirent ou se repoussent, tel des aimants.

J’ai longtemps pensé que je m’en sortais bien

J’aimerais simplement apporter un témoignage en rapport avec la pétition concernant les paroles du D. Rufo. 85% des ados vont bien suite à un abus, oui peut-être, mais aucun sans doute en apparence. Et puis, la vie ne s’arrêtant pas à l’adolescence, combien sur ces 85% voient des troubles graves apparaître plus tard au cours de leur vie? J’ai moi-même été victime d’abus, j’ai longtemps pensé que je m’en sortais bien que les deux abus que j’ai vécus n’étaient pas trop graves. Mais voilà l’an dernier j’ai fait une dépression post partum et ces abus ont envahit mon esprit. J’avais…

J’ai grandi dans une famille particulière

J’ai adopté 6 enfants qui ont maintenant 21, 19, 18, 12, 10 et 4 ans. Ils sont arrivés à la maison entre 3 et 12 ans. Le premier seul, puis 2 en fratrie, puis une fratrie de 3. Les trois premiers en adoption internationale, la fratrie de trois sont des pupilles de l’Etat. Ils ont tous eu un passé douloureux du fait de deuils et de ruptures familiales, mais aussi de maltraitances physiques et psychologiques.J’ai grandi dans une famille particulière. Du côté de ma mère, son père et ses deux frères sont alcooliques et violent. Ma mère a été interné…

Mes deux parents sont médecins

Je suis une marocaine de 28 ans. Mes deux parents sont médecins.J’ai été violée par mon père à l’âge de 6 ans. Il a convaincu ma mère ainsi que toute la famille que c’était de ma faute. Il m’a dit que je devais prendre des médicaments. Il m’a obligée durant toute mon enfance à prendre des médicaments. J’étais constamment fatiguée, avec la tête vide. Malgré tout, j’ai pu faire des études supérieures. Mon diplôme obtenu, mon père m’a internée en psychiatrie et m’a menacée pour que je ne parle pas. aujourd’hui ma famille veut de nouveau me faire interner. Pourrais-je m’en…

J’ai perdu l’usage de mes bras

Les conséquences physiques pendant l’enfance, ça remonte à loin, je dirais que physiquement, ce que je me rappelle le plus, c’est que, c’était de l’automutilation, je m’arrachais les ongles, j’avais les ongles très très rongés, j’avais des panaris régulièrement, donc je faisais très souvent des bains de doigts. Je faisais également, j’ai vu ça dernièrement, il y a quelques mois, beaucoup d’infections urinaires, et j’étais également une enfant, qui refusait de manger donc, c’était un combat perpétuel à chaque repas. Dés que ma mère ou que quelqu’un d’autre avait le dos tourné, les boulettes de viande allaient sous la table,…