Les symptômes dissociatifs

Article de THERAPIE Psychotrauma Les symptômes suivants ne doivent pas être provoqués par une maladie physique, un trouble neurologique ou l’abus d’une substance provoquant l’altération de la conscience. On ne vit pas tous les mêmes symptômes, ni avec la même intensité. Ceux-ci peuvent être temporaires ou chroniques. Voici quelques exemples. Vous retrouverez tous ces symptômes avec plus d’explication dans  : le livre Gérer la dissociation d’origine traumatique (2017), de  S. Boon, K. Steele et O. Van der Hart. dont je me suis inspirée pour cet article le site internet du Dr M. Salmona www.mémoiretraumatique.org Les symptômes dissociatifs dans le « moins » Cela…

Lire la suite

Comment l’avocat peut-il soutenir la plainte de la victime ?

Viols, agressions sexuelles : pourquoi déposer plainte Par Carine Durrieu Diebolt, Avocat. Nombre de victimes de violences sexuelles ne déposent pas plainte (seulement 8% le font et 1% des agresseurs sont condamnés).La décision appartient entièrement à la victime et il est vrai que les procédures sont éprouvantes. Il faut aussi le temps de se reconstruire avant d’engager des poursuites et il est important de respecter ce temps de la victime.Les raisons alléguées par les victimes qui craignent de déposer plainte sont récurrentes : la culpabilité, la volonté de préserver les proches ou la crainte de représailles (dans 80% des cas, les viols…

Lire la suite

Quand une mémoire traumatique est réactivée

Par le Dr François Louboff Ce qui se passe quand une mémoire traumatique de l’enfance est réactivée et que l’adulte que vous êtes devenu(e) se sent envahi(e) par la peur, l’angoisse, la tristesse, le dégoût, la culpabilité. .. Elle montre les processus qui permettent alors d’éteindre la souffrance, avec des conséquences parfois dommageables, et explique le chemin de la guérison. Son site https://francoislouboff.com/

Lire la suite

L’incidence des traumatismes sur les victimes d’agressions sexuelles d’âge adulte

Messman-Moore et al. (2002) ont montré que des antécédents d’abus sexuels de l’enfance ainsi que et la consommation de substance prédisaient tous deux une revictimisation à l’âge adulte. Ménard (2002) a effectué une revue de plusieurs études portant sur les conséquences de la victimisation et ses résultats vont dans le même sens. Il s’avère que les sujets autrefois victimes ont tendance à redevenir victimes. La victimisation violente au cours de l’adolescence constitue en effet un facteur de risque pour une revictimisation par des tiers, des victimisations domestiques, la perpétration de violences, de victimisations, d’actes criminels et l’usage de drogue. …/…  La victime ayant toujours été traitée…

Lire la suite

VidéO.Le Corps n’oublie rien

Conférence de Bessel van der Kolk À l’occasion de la sortie de son livre “Le corps n’oublie rien : Le cerveau, l’esprit, le corps dans la guérison du traumatisme”  Albin Michel, et la Fondation Pierre Deniker ont organisé une conférence de Bessel van der Kolk  le lundi 24 septembre 2018 à l’amphithéâtre Pierre Deniker de l’hôpital Sainte-Anne SHU-S14. (source : Albin Michel) Le livre Le traumatisme fait partie de la vie. Et le corps en garde des traces et une mémoire qui imprègne nos émotions. Le psychiatre Bessel van der Kolk a passé quarante ans à soigner des survivants. En racontant les histoires vécues par ses patients (vétérans, femmes…

Lire la suite

Syndrome d’Aliénation Parentale ?

Par Dre Catherine Bonnet 19 mars 2019 A quand la fin des stratégies du dénigrement du dévoilement de violences sexuelles par un enfant. Cela fait 20 ans que cela dure. 1)En 1999, il a été importé des Etats-Unis des statistiques fausses d’un professeur américain de psychologie Pr Underwager : 30 à 70% de fausses allégations de violences sexuelles, stratégie pour se méfier des enfants dévoilant l’inceste et accuser des mères d’utiliser l’inceste pour obtenir la garde de l’enfant lors d’un divorce, des médecins ont été considérés comme complices et continuent à l’être (poursuites, sanctions pour des certificats ou des signalements pour…

Lire la suite

Nomenclature Dintilhac

Postes des préjudices Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant consolidation)  Dépenses de santé actuelles (D.S.A.)  Frais divers (F.D.)  Pertes de gains professionnels actuels (P.G.P.A.) b) Préjudices patrimoniaux permanents (après consolidation)  Dépenses de santé futures (D.S.F.)  Frais de logement adapté (F.L.A.)  Frais de véhicule adapté (F.V.A.)  Assistance par tierce personne (A.T.P.)  Pertes de gains professionnels futurs (P.G.P.F.)  Incidence professionnelle (I.P.)  Préjudice scolaire, universitaire ou de formation (P.S.U.) Préjudices extrapatrimoniaux a) Préjudices extrapatrimoniaux temporaires (avant consolidation)  Déficit fonctionnel temporaire (D.F.T.)  Souffrances endurées (S.E.)  Préjudice esthétique temporaire (P.E.T.) b) Préjudices extrapatrimoniaux permanents (après consolidation)  Déficit fonctionnel permanent (D.F.P.)  Préjudice d’agrément (P.A.)  Préjudice esthétique permanent (P.E.P.)  Préjudice sexuel (P.S.)  Préjudice d’établissement (P.E.)  Préjudices permanents exceptionnels (P.P.E.) c) Préjudices…

Lire la suite

Pour une meilleure réparation par la Justice.

Après la condamnation pénale et la reconnaissance du statut de victime vient la réparation judiciaire via l’évaluation du préjudice et l’indemnisation. Par Carine Durrieu Diebolt, Avocat. La faible prise en compte des composantes spécifiques de certaines infractions : Pourtant, en droit, l’importance de ces préjudices est difficile à faire admettre et à indemniser, malgré le principe de la réparation intégrale.Pour exemple, viols sur un enfant de 7 à 10 ans par un adulte ayant autorité : forfait de 23.000 euros par la cour d’assises, enfant de 3 ans indemnisé pour maltraitance : forfait de 9.000 euros…Par rapport à d’autres contentieux en dommage corporel, comme…

Lire la suite

Indemnisation des victimes

Par Marilyn Baldeck 8 mars 2019 Le 13 février, la Cour d’appel de Versailles a condamné un harceleur sexuel à verser 97 000 euros de dommages-intérêts à une victime Nous avons régulièrement fait état du coût du harcèlement sexuel au travail – en espèces sonnantes et trébuchantes – pour les victimes elles-mêmes : frais médicaux non remboursés, honoraires d’avocat.es à débourser, frais de transport (pour se rendre chez l’avocat.e, au tribunal…), pertes de revenus liés à la perte de l’emploi, perte de chance professionnelle (impossibilité ou grande difficulté à retrouver un emploi au même niveau de rémunération), à plus long…

Lire la suite