« Un flagrant délit de disqualification de la parole des enfants »

Tribune Par Tribune collective Publié le 04/11/2021 à 15:36 Des pédopsychiatres, psychiatres et avocats réagissent à une tribune publiée lundi 4 novembre sur le site de « Marianne » par Paul Bensussan et Delphine Provence , dans laquelle ces derniers, psychiatre et avocat, revenaient sur le syndrome d’aliénation parentale et écrivaient que « prendre au sérieux la parole de l’enfant ne devait pas être synonyme de la prendre à la lettre ». On est impressionnés par la quantité d’informations omises dans cette tribune, omissions volontaires car il est impossible que les auteurs, en particulier le docteur Bensussan, ignorent les éléments suivants. Rappelons tout d’abord que le fondateur du terme de…

COMMISSION INCESTE : mission, membres

Le 1er août 2020 Adrien Taquet Secrétaire d’Etat à l’Enfance et aux Familles,  annoncait la création d’une nouvelle instance, sur le modèle de la Commission Sauvé mise en place par l’Église catholique, chargée d’enquêter sur la pédocriminalité et l’inceste . « L’inceste est le dernier des tabous », déclarait-il. Cette Commission, installée le 11 mars 2021 , délivrera son rapport après un travail de 2 ans. Commission indépendante inceste et violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE)

L’affaire Matzneff est-elle si loin de nous ?

Tribune du Collectif signée par 130 personnalités et associations L’auteur, aujourd’hui dénoncé par Vanessa Springora dans son livre Le consentement et pour lequel la justice a ouvert une enquête préliminaire pour « viols sur mineur » n’a jamais caché ses pratiques pédocriminelles qu’il vantait dans ses écrits. Il a même reçu en 2013 le prix Renaudot. A cette période pourtant, nombre de professionnels de la protection de l’enfance et d’associations s’étaient insurgés. Aujourd’hui, ceux qui l’avaient alors soutenu sans faille se justifient en invoquant « l’époque ». Mais 2013, c’est hier, ce n’est pas il y a quarante ans et ces années 1970 qui…

La créativité réparatrice

Dans l’introduction de son livre Le Corps n’oublie rien, le psychiatre Bessel Van der Kolk écrit « Il n’est guère besoin d’être soldat, ni de visiter un camp de réfugiés au Congo ou en Syrie, pour être confronté au traumatisme. Tout un chacun est concerné, ses amis, sa famille, ses voisins. » Le traumatisme survient lorsque nous sommes confrontés à des situations accablantes qui dépassent notre capacité à faire face ou à traiter les émotions qu’elles génèrent. Habituellement, les souvenirs sont stockés dans ce qu’on appelle la mémoire déclarative (la mémoire des choses dont on a conscience de se souvenir, et que l’on peut…

Nous réclamons l’imprescriptibilité

Par Collectif à l’initiative de httpss://moiaussiamnesie.fr/ Tribune. Nous avions 4 ans, 5 ans, 10 ans, 12 ans, voire, parfois, moins de 1 an… Nos petits cerveaux ont occulté l’horreur des viols ou des agressions sexuelles. Parfois pour des dizaines d’années à cause d’une amnésie traumatique. D’autres se sont protégés par le déni, se sont tus par terreur, impuissance, honte, culpabilité, souvent reclus dans un huis clos familial étouffant où évoluaient nos agresseurs, père, mère, grand-père, grand-mère, oncles, tantes… incestueux tout-puissants. Les années ont passé. Nous sommes devenus des adolescents à part et en souffrance. Certains se sont privés de nourriture ou…