Alexandra

C’est une histoire triste mais dont la fin n’est pas encore écrite. Vous me direz que mon histoire a déjà été racontée. Non, car chacun est unique et chacun vit différemment ces drames que sont l’inceste et la pédophilie. Chacun a le droit de témoigner et de faire éclater le silence, de sortir de l’ombre qui l’étouffe. Comment peut-on guérir et s’épanouir dans l’ombre ? Alexandra est mon prénom, un prénom prédestiné puisqu’en grec il signifie celle qui combat et protège les hommes. Le premier homme de ma vie fut mon géniteur que je n’ai jamais appelé papa bien qu’il ait fait partie de mon existence jusqu’à…

Lire la suite

Mon corps est comme une bombe à retardement

Mon corps est comme une bombe à retardement, certains jours il me laisse tranquille quand la plupart du temps il me prend en otage. Ces jours là j’ai beau me laver rien n’y fait, je reste sale, les immondices vous collent à la peau, vous transpirez plus que d’habitude et vous souhaitez une seule et unique chose, vous mettre dans un trou et attendre. Que l’on ne vous regarde pas surtout vous et votre honte suprême. La première fois avec un garçon, je lui ai dit que je ne voulais pas mais il l’a fait quand même. Je suis toujours…

Lire la suite

Ni victime, ni bourreau

Je suis la fille unique d’une victime de l’inceste, un secret de famille bien gardé, né d’une intuition tardive. Depuis toute petite, je cherchais le moyen d’aider maman à guérir de ses maux – des troubles obsessionnels compulsifs extrêmement invalidants – et je me réjouissais à l’idée que cette révélation lui permettrait d’exprimer et de lâcher sa souffrance. Bref, à 46 ans, j’allais exhausser mon rêve d’enfant ! Je croyais alors naïvement qu’en parler suffirait à mettre fin à sa détresse et qu’elle retrouverait enfin le goût de la vie. Je pensais détenir LA clé de compréhension absolue, LA solution…

Lire la suite

J’ai longtemps pensé que je m’en sortais bien

J’aimerais simplement apporter un témoignage en rapport avec la pétition concernant les paroles du D. Rufo. 85% des ados vont bien suite à un abus, oui peut-être, mais aucun sans doute en apparence. Et puis, la vie ne s’arrêtant pas à l’adolescence, combien sur ces 85% voient des troubles graves apparaître plus tard au cours de leur vie? J’ai moi-même été victime d’abus, j’ai longtemps pensé que je m’en sortais bien que les deux abus que j’ai vécus n’étaient pas trop graves. Mais voilà l’an dernier j’ai fait une dépression post partum et ces abus ont envahit mon esprit. J’avais…

Lire la suite

J’ai grandi dans une famille particulière

J’ai adopté 6 enfants qui ont maintenant 21, 19, 18, 12, 10 et 4 ans. Ils sont arrivés à la maison entre 3 et 12 ans. Le premier seul, puis 2 en fratrie, puis une fratrie de 3. Les trois premiers en adoption internationale, la fratrie de trois sont des pupilles de l’Etat. Ils ont tous eu un passé douloureux du fait de deuils et de ruptures familiales, mais aussi de maltraitances physiques et psychologiques.J’ai grandi dans une famille particulière. Du côté de ma mère, son père et ses deux frères sont alcooliques et violent. Ma mère a été interné…

Lire la suite

Mes deux parents sont médecins

Je suis une marocaine de 28 ans. Mes deux parents sont médecins.J’ai été violée par mon père à l’âge de 6 ans. Il a convaincu ma mère ainsi que toute la famille que c’était de ma faute. Il m’a dit que je devais prendre des médicaments. Il m’a obligée durant toute mon enfance à prendre des médicaments. J’étais constamment fatiguée, avec la tête vide. Malgré tout, j’ai pu faire des études supérieures. Mon diplôme obtenu, mon père m’a internée en psychiatrie et m’a menacée pour que je ne parle pas. aujourd’hui ma famille veut de nouveau me faire interner. Pourrais-je m’en…

Lire la suite

J’ai perdu l’usage de mes bras

Les conséquences physiques pendant l’enfance, ça remonte à loin, je dirais que physiquement, ce que je me rappelle le plus, c’est que, c’était de l’automutilation, je m’arrachais les ongles, j’avais les ongles très très rongés, j’avais des panaris régulièrement, donc je faisais très souvent des bains de doigts. Je faisais également, j’ai vu ça dernièrement, il y a quelques mois, beaucoup d’infections urinaires, et j’étais également une enfant, qui refusait de manger donc, c’était un combat perpétuel à chaque repas. Dés que ma mère ou que quelqu’un d’autre avait le dos tourné, les boulettes de viande allaient sous la table,…

Lire la suite

Toute ma vie, le souvenir de ce qui s’est passé m’a hanté

Je suis un homme de 43 ans, abusé et violé à de multiple reprises par un homme à l’age de 7 ans qui a aussi abusé de ma sœur et de 4 autres enfants de l’époque. Toute ma vie, le souvenir de ce qui s’est passé m’a hanté, bien que ma situation de vie personnelle ait pu paraître très « normale » (aux yeux de Mr Ruffo). Tout est remonté il y a peu, tout, l’horreur de l’agression, la honte, la violence, le dégoût, l’impression de n’être plus rien qu’un objet, un bout de viande… bref la banalité des conséquences classiques des viols sur enfant. Mais pour ma part,…

Lire la suite

Etre victime, anorexique et maman

J’ai très tôt eu le désir d’avoir des enfants. Avoir un petit être que je pourrais aimer, et un petit être qui m’aimerais juste parce que je suis sa maman. J’ai rencontré mon mari en 2000, nous nous sommes mis en ménage très vite. Nous avons désiré des enfants très vite. Six mois après notre rencontre, nous décidions que j’arrête la pilule. Mais l’attente à été longue. Bien avant que j’arrête la pilule je présentait ma crainte à mon mari. Je pressentais que le fruit de notre amour ne viendrais pas aussi facilement que les autres couples de notre entourage….

Lire la suite

J’ai maintenant la soixantaine, toujours choquée par mon vécu

Merci pour cette opportunité de pouvoir être enfin entendue. Il est vrai que pour moi il y a une accumulation de traumatismes. Puisque ma mère était maltraitante. Elle a commencé lorsque j’avais 1 an1/2. Mon père a eu des gestes incestueux lorsque j’avais 4 ans 1/2. Nous l’avions rejoint dans le pays où il faisait le « maintien de l’ordre » car il n’y avait pas de danger parait-il. Là, j’étais tellement en manque d’affection que j’aimais être sur ses genoux et m’endormir dans ses bras lorsque toute la famille était réunie à la cuisine. Mon frère et ma soeur plus grands…

Lire la suite