Mon corps est comme une bombe à retardement

Mon corps est comme une bombe à retardement, certains jours il me laisse tranquille quand la plupart du temps il me prend en otage. Ces jours là j’ai beau me laver rien n’y fait, je reste sale, les immondices vous collent à la peau, vous transpirez plus que d’habitude et vous souhaitez une seule et unique chose, vous mettre dans un trou et attendre. Que l’on ne vous regarde pas surtout vous et votre honte suprême.

La première fois avec un garçon, je lui ai dit que je ne voulais pas mais il l’a fait quand même. Je suis toujours incapable de dire non.

Les relations sexuelles sont difficiles évidemment. A chaque fois mon esprit se serre très fort. Avant, quand j’étais dans le déni, pendant l’acte sexuel je parlais, ce que je disais était incompréhensible, je partais, je me souviens que ma tête déménageait laissant mon corps faire le reste, on appelle cela la dissociation.

J’ai tout enfoui jusqu’à l’âge de 30 ans mais il y a eu des signes, des flashs pendant ce déni, je ne les ai compris qu’à la sortie du déni.

J’ai appelé certaines personnes de ma famille pour leur dire, d’autres m’ont appelée. J’ai appris que d’autres avaient été agressés par mon géniteur ou par d’autres membres de la famille. Quasiment toute la famille m’a tourné le dos. Mon agresseur, mon géniteur m’a traitée de folle évidemment, que je devais aller voir un psy et il a sali mon frère et ma mère en racontant des horreurs sur eux. Aujourd’hui encore je me demande si ce qu’il m’a dit sur eux est vrai. Ils ont un pouvoir sur vous qui est incroyable et tout ce qu’ils vous disent reste bien ancré et il vous est très compliqué de ne pas les croire même plus de 30 ans après les premiers faits.

La première fois j’avais 2-3 ans et cela a duré jusqu’à un âge qui est pour moi encore incertain, l’adolescence vers 14-15 ans sans doute. J’ai été abusée par mon géniteur et par des hommes auxquels il me donnait ou me vendait, je ne sais pas. Je ne peux pas décrire plus avant les atrocités que j’ai vécues…

Il y a prescription donc aucun recours possible.

Avant la sortie du déni j’étais quelqu’un de très dynamique, trop dynamique je pense, fuite en avant, j’étais complètement parano,  je m’accrochais à mes amis de façon démesurée, je croyais qu’on ne m’aimait pas, à un moment de ma vie quand les gens riaient autour de moi je pensais qu’ils se moquaient de moi, c’était terrible. J’ai développé des TOCS que j’ai toujours d’ailleurs. Je vivais dans un stress permanent, une détestation de mon corps et une dépréciation de mes capacités et de ma personne très profondes. Je ne voulais pas d’enfants, je savais au fond de moi que j’en voulais mais quelque chose me disait tu ne peux pas les faire maintenant et effectivement ce n’est que lorsque je suis sortie du déni que j’ai enfin accepté d’en avoir. Une petite voix intérieure m’empêchait de le faire et je dirais heureusement pour moi car avoir un enfant après avoir subi ces actes atroces est difficile. Enfant j’étais toujours malade mais on ne me trouvait pas grand-chose, hypocondrie, j’ai fait des infections urinaires, j’ai subi beaucoup d’anesthésies générales, j’avais des maux de tête importants, des maux de ventre, j’ai fait de l’épilepsie. Les pensées suicidaires sans passage à l’acte, la peur d’être folle. Le surinvestissement scolaire et sportif pour oublier tout le reste.

J’ai subi ce que l’on appelle la revictimisation, agressée plusieurs fois à l’âge adulte par des gens connus ou inconnus.

Après la sortie du déni et grâce à la thérapie je ne suis plus dans cette fuite en avant mais les flashs omniprésents depuis plus d’un an me minent. Je me sens évidemment plus en accord avec moi-même. Il ne faut pas se voiler la face, il est très difficile d’affronter ses vieux démons mais une chose est certaine c’est le seul moyen de sortir de ce cercle infernal et surtout de libérer nos enfants de ce terrible poids. Aujourd’hui, je suis triste, la colère n’est toujours pas là, je n’arrive pas à me mettre en colère contre mon agresseur, mes agresseurs. Parfois encore je me dis que ce n’est pas possible que je suis certainement folle, démente, qu’il faut m’enfermer. Il n’est pas possible de laisser venir autant d’horreurs à soi d’un coup. Il faut laisser le temps vous faire accepter.

Ma famille au sens large est une famille bourgeoise, catholique, très éduquée, très diplômée, bien sous tous rapports en apparence. Les hommes agressent les femmes depuis plusieurs générations maintenant puis absolvent leurs péchés auprès de dieu, ce dieu que je rejette puissamment. Les dieux excusent les actes les plus vils de l’humanité quand ceux qui se meurent ne peuvent pas compter sur eux.

Je crois que les conséquences psychologiques les plus pesantes en dehors des problèmes d’ordre sexuel sont cette faible estime de soi, je dirai même cette non-estime de soi et la peur de l’abandon, les croyances que l’on ne peut pas être aimée. Je ne comprendrai jamais comment j’ai réussi à faire des études, à trouver quelqu’un qui m’aime et à vivre en société à peu près normalement. Comme quoi tout est possible mais à quel prix ? Au fond, tout au fond, il n’y a pas de vie, un magma informe qui enserre votre cœur et vous dit de méchantes choses sur vous. Il faut y croire, il faut se battre pour ceux qui souffrent en ce moment. Moi j’ai perdu foi en l’humanité, j’ai perdu le goût des autres, peut-être suis-je dans une phase de ma reconstruction trop négative pour espérer une vie, une vraie vie ? Je suis désolée pour ce témoignage pessimiste, il y a quand même des choses positives, très positives, j’ai pu donner la vie et je sais que je ferai tout pour protéger mes enfants.

Aujourd’hui il ne passe pas plus de dix minutes sans que ma tête ne sombre dans les souvenirs ou les sensations. Cela fait plus de 18 mois que c’est comme ça et je vous assure que sans mon psychiatre je n’aurais jamais tenu, je ne tiendrais pas. Il faut se faire aider par des professionnels, j’en suis intimement convaincue.

Partagez !

Une réflexion au sujet de « Mon corps est comme une bombe à retardement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *