Groupe de parole : la confiance

* Tous les prénoms ont été changés afin de respecter l’anonymat des participant-es. Jeanne : Moi, c’est Jeanne, j’ai 31 ans, je suis mariée, j’ai 3 enfants, j’ai subi l’inceste à l’âge de 5 ans jusqu’à l’âge de 7 ans. Émilie : Émilie, survivante de l’inceste de 5 à 12 ans par mon oncle maternel. 35 ans, toutes mes dents… Sarah : Sarah, survivante de l’inceste, j’ai vécu l’inceste de l’âge de 9 ans à 17/18 ans et je suis bénévole au sein de l’association et j’ai 56 ans. Sofia : Sofia, j’ai été incestée à l’âge de 7 ans…

Lire la suite

Groupe de parole : les relations familiales

* Tous les prénoms ont été changés afin de respecter l’anonymat des participant-es. Émilie: Moi, c’est Émilie, 35 ans, survivante de l’inceste de 5 à 12 ans par un oncle maternel et bénévole dans l’association. Sarah : Moi, c’est Sarah, 56 ans ½ , survivante de l’inceste de l’âge de 9 ans à 17/18 ans, bénévole dans l’association et espérant que l’association progresse, progresse et qu’enfin on tue ce fléau qu’est l’inceste. Sofia : Moi, c’est Sofia, 53 ans et j’ai été incestée à l’âge de 7 ans par l’un de mes frères. Arnaud : Arnaud, 36 ans, victime d’inceste…

Lire la suite

Groupe de parole : la sexualité

* Tous les prénoms ont été changés afin de respecter l’anonymat des participant-es. Émilie : Moi, je suis Émilie, ancienne victime d’inceste de 5 à 12 ans par mon oncle maternel, bénévole de l’association, 35 ans et 2 enfants. Marie : Bonjour, moi je suis Marie, victime d’inceste et de pédophilie depuis toute petite jusqu’à 19 ans, je suis mariée, j’ai 3 garçons, je suis bénévole dans l’association. Jennifer : Bonjour, moi je suis Jennifer, victime d’inceste d’un oncle de 5 à 7 ans, j’ai 31 ans, je suis mariée, j’ai 3 enfants. Iris : Moi c’est Iris, j’ai 51 ans,…

Lire la suite

c’était le héros de la famille

Je suis partie très tôt de la maison, je suis partie à dix-sept ans parce que je ne supportais plus cette cellule familiale , qui me faisait passer sans arrêt pour une folle, parce que tout ce que je disais c’était des mensonges, vu que je m’automutilais forcément, c’était signe que je n’étais pas bien, pas équilibrée, parfois, je ne mangeais pas, c’était pareil, dès que je faisais une colère… j’étais la folle de la famille qui dérangeait un peu tout le monde, donc, je suis vite partie. J’ai renoué un peu plus tard des relations avec mes parents et…

Lire la suite