Témoignage de Joëlle concernant des cas rencontrés en milieu scolaire ou en famille d’accueil

1 – J’ai dû signaler le cas de 2 petites filles de la même famille au procureur de la République (à l’époque il n’y avait pas de cellule pour les signalements d’informations préoccupantes au CG)

Symptômes :
La + jeune (4/5 ans)se plaignait d’avoir mal à l’entrejambe mais ne voulait pas que les adultes de l’école regardent. Elle disait que son père l’avait poussée du banc à table parce qu’il voulait la place.

La + âgée (7/8 ans) s’était dénudé une épaule et avait pris une pose très « aguicheuse » devant le photographe le jour des photos scolaires.

Sans que j’aie parlé de quoi que ce soit la mère est arrivée un soir alors que les petites prenaient habituellement le transport scolaire, pour me dire que ses filles racontaient n’importe quoi, qu’elles inventaient des histoires pour faire leurs intéressantes…

Il n’y avait pas d’autres symptômes alarmants visibles, elles travaillaient très bien et étaient très vives.

Jusqu’au jour où la plus jeune qui était dans ma classe, a dessiné ce qui ne pouvait plus prêter à confusion. Les enfants emportaient chez eux à la fin de chaque semaine leur cahier « de vie » dans lesquels ils pouvaient dessiner, coller, écrire… ce qu’ils voulaient raconter à la maîtresse ou à la classe.
Le dessin représentait un monsieur énorme, sexué, avec un casque sur les oreilles ; et sous son sexe une petite fille.
J’ai demandé à la fillette de me raconter son dessin : le monsieur était un musicien, la petite fille c’était elle. Le monsieur était méchant, il allait faire du mal à la petite fille. J’ai demandé comment il allait s’y prendre pour lui faire du mal, elle m’a répondu « il va s’asseoir sur elle ! »

J’ai alerté mon inspecteur qui m’a aussitôt demandé d’envoyer tout ça au proc. Il se trouve que dans la commune nous avions un gros monsieur pas très recommandable qui animait des soirées (une sorte de DJ) et qui avait déjà eu maille à partir avec des familles de la région qui pour je ne sais quelle raison lui avaient confié leurs enfants.

J’ai été auditionnée par la gendarmerie. Les petites ont été examinées (gynécologue de la police…) ce qui a permis à la mère de m’injurier par téléphone car « par ma faute les fillettes avaient été traumatisées ». Les parents sont venus chez moi mais je n’ai pas ouvert (le père était réputé pour sa violence et son absence de discernement). Lors d’une fête d’école un an plus tard alors que les 2 petites avaient changé d’école, la mère qui était correspondante pour un journal, m’a injuriée devant tous les parents, dévoilant ce qu’elle ne supportait pas : l’expertise, les soupçons, l’enquête sociale… alors que personne n’était au courant. Elle était hors d’elle. Et toujours dans le déni, ou la complicité…
Par la suite ils ont déménagé et je n’ai plus eu de nouvelles.

L’abuseur a fait quelques mois de prison car il avait été dénoncé par des jeunes devenus adultes. Mais il rôde toujours dans la région, il s’est marié avec une femme qui a déjà 3 enfants et ils en ont eu 2 ensemble. Le plus jeune est complètement « à l’ouest » à l’école… mais la psy scolaire ne semble pas inquiète. (!!!)

2- L’autre cas est celui d’une fillette qu’on m’a inscrite à l’école, placée par l’ASE dans un « lieu de vie » dans lequel il se passait des choses pas nettes. Ses symptômes : masturbation, mutilation des poupées, balancements…
La famille d’accueil a voulu me faire croire que ces symptômes venaient de ce qu’elle avait vécu avant d’être placée, ce qui pouvait être vrai. Mais un jour leur propre fille de 4 ans a parlé de « la sucette à Papa ». La mère a aussitôt relevé en tournant la phrase en dérision : « Hé ben, qu’est-ce qu’elle pourrait croire, ta maîtresse… etc… »

Je n’ai pas eu le temps de réagir, la petite a changé d’école ainsi que tous les autres (ils étaient 4 ou 5 enfants placés je crois, + leurs propres filles) tous sont allés en privé dans la ville voisine.

Quelques mois plus tard le père d’accueil est décédé d’un cancer, sa femme a dû répondre de son comportement envers les enfants suite à la plainte de certains d’entre eux : abus sexuels, gavage, humiliations… abandon sur la route quand le contrat arrivait à échéance…
Le lieu a fermé et la mère a déménagé loin avec ses filles. Je n’ai pas eu d’autres nouvelles.

3- Actuellement je suis assistante familiale au service de l’ASE. L’enfant qui m’a été confié a été victime, ainsi que sa fratrie, de diverses formes de maltraitance, dont les abus sexuels incestueux, l’incitation au voyeurisme, etc.
Si on écoute les enfants, on peut déceler des indices. Par exemple, la petite sœur de 4 ans, alors que je lui lisais le livre qu’elle m’avait apporté (la Petite Sirène » par W.Disney), m’a dit devant l’image de la dernière page : « ça c’est Maman avec Pépé » (l’image représentait la petite sirène et le prince Eric, prêts à s’embrasser.) J’ai voulu modifier : « Non, là c’est Maman avec Papa ! » Et la petite m’a ré-affirmé qu’ il s’agissait bien pour elle de sa mère avec son grand-père.
L’enfant qui est chez moi a eu pendant 4/5 ans un comportement hyper sexualisé envers moi : essayant de toucher mon intimité, de faire dévier un bisou, de se coller contre ma poitrine… Il voulait dormir avec moi, voulait que mon mari meure, inventait des scenari de coucheries avec moi en camping-car en jouant avec un « poly-pockett »…
Quand nos amis venaient chez nous, il demandait qui allait dormir avec qui. Quand mes enfants venaient passer un week end, il disait qu’ils changeaient de chambre et que , injustice, lui était obligé de dormir tout seul. (alors que chacun a sa chambre)
Masturbation sur les jambes de mes amies, vocabulaire inadapté pour son âge, exhibitionnisme (il a toujours qqchose à me demander, nu, dans le bureau ou la cuisine, au moment de prendre sa douche)… non différenciation des sexes (Il se plantait devant une personne dans un magasin ou dans la rue, et lui demandait : « t’es un gars ou t’es une fille, toi ? » et il ne fait la distinction dans ses dessins que depuis cette année en ajoutant des queues de cheval aux personnages féminins), non différenciation des générations. (Il lui arrive de nous engueuler, nous donner des ordres ou des conseils comme s’il était lui l’adulte, chargé de nous protéger ou de nous éduquer, et nous les enfants.)
Problèmes de repères dans le temps (ce n’est qu’à 11 ans qu’il se repère dans la semaine, mais pas encore dans les saisons ni l’année), impossibilité d’anticiper jusqu’à cette année ou de relier une action à une organisation temporelle : par exemple : pourquoi on ne peut pas voir les photos de ce qu’on fera demain…

Je voudrais préciser qu’aujourd’hui j’agirais différemment en milieu scolaire envers les enfants victimes. D’où le besoin de formation, d’infos, de structures sur lesquelles s’appuyer quand la justice ne fait pas (ou est empêchée de faire???) son boulot.

Joëlle

EMDR et thérapies familiales – Manuel pratique

EMDR et thérapies familialesFrancine Shapiro, Florence Kaslow, traduction de Jenny Ann Rydberg, 2013,Intereditions

 

Ce manuel montre comment utiliser l’EMDR dans le cadre des thérapies familiales et conjugales. L’ouvrage offre un panorama des systèmes thérapeutiques en cours et de l’application EMDR à ces pratiques, exemples à l’appui.
Table des matières :
  • FONDEMENTS L’EMDR et la conceptualisation de cas dans une perspective de traitement adaptatif de l’information Théories familiales systémiques et applications thérapeutiques : une vue d’ensemble contextuelle Traitement EMDR des maltraitances familiales : des mouvements oculaires à l’émergence du « je » 
  • PROBLEMES D’ATTACHEMENT Traiter des problématiques d’attachement avec l’EMDR et une approche familiale systémique Renforcer les attachements : thérapie conjugale conjointe 
  • PROBLEMES ET CONFLITSCONJUGAUXLe traumatisme sexuel dans les mariages dysfonctionnels : intégration de la thérapie structurale et de l’EMDR EMDR et thérapie familiale dans le traitement de la violence domestique
  • PROBLEMES LIES AUX ENFANTS ET A LA FAMILLE  Séparation complexe, processus d’individuation et troubles anxieux au début de l’âge adulte L’enfant patient identifié : intégration de la thérapie contextuelle et de l’EMDR Le traitement intégratif des abus sexuels intrafamiliaux 
  • CATASTROPHES COMMUNAUTAIRES Réponse aux catastrophes : l’EMDR et la thérapie familiale systémique sous stress communautaire L’intégration de l’EMDR et des thérapies familiales systémiques 
  • Bibliographie Index

Commander le livre