Un viol sur mineur a lieu toutes les heures en France

En passant

accounting-1928237Le nombre de viols progresse en France, passant de 13.881 cas en 2015 à 15.848 en 2016, soit une hausse de plus de 14%, révèle Le Figaro. Parmi ces victimes d’agressions sexuelles, la part des mineurs a également augmenté, passant de 7.416 en 2015 à 8.184 l’année dernière. Une progression de 10% qui conduit à faire état de quasiment un viol par heure, selon ces statistiques enregistrées par la police et la gendarmerie.

source: BFM TV

 

voici  la comparaison entre:

Constatations des forces de police et l’estimation des viols sur mineurs

 

social-media-1846777_1920
child-1235104-1

Selon les statistiques des services de POLICE et de GENDARMERIE, 8148 victimes de viol en 2016
donc 22 victimes par jour et presque 1 victime de viol par heure
L’enquète IPSOS AMTV 2016 parle de 154 000 victimes  de viol (124 000 filles et 30 000 garçons)
donc 422 victimes par jour et presque 18 victimes de viol par heure  

Nous sommes donc sur une différence de 18 fois plus de victimes….

Alors NON les forces de l’ordre ne font pas mal leur travail de statistique.

Voici un début d’explication:

pourcentage-declare

sources: Institut National de Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ) et  INSEE-ONDRP, enquêtes Cadre de vie et sécurité de 2010 à 2013).

Mais pourquoi ne parlent ils pas ces enfants?

pourczentage-de-viol-en-fonction-de-lage

source: enquête IVSEA, 2015

Il est évident qu’un enfant qui n’arrivent pas ou ne connait pas les mots pour décrire une situation aussi inattendue et brutal qu’un viol ne s’expriment pas. Certains vont mettre des années, des dizaines d’années avant de parler. d’autres se tairont toutes leur vie.

L’étude IPSOS-AMTV de 2016 nous apprend que selon les Français 44% des gens ne connaissent pas leur agresseur lors d’un viol… mais cependant

pourcentage-agresseur

source:  UNICEF

La réalité est que dans 9 cas sur 10 la victime connait son agresseur.

Il est dur de parler de SON viol quand la personne qui vous a brutalisé est un membre de votre famille ou proche.

Mais que se passe t’il si les victimes de viol ne parlent pas?

On estime à 95% les personnes qui vont développer des problèmes liés à leur santé mentale et 43% celles qui développent des problèmes liés à leur santé physique.

source: interview de Muriel SALMONA

En conclusion

Nous sommes dans un système qui minimise  le viol sur mineur dans les actes. Beaucoup de textes sont  non appliqués ou requalifiés. On ne croit pas la parole de l’enfant. Pourtant le taux de fausses accusations est infime!

La société manque cruellement de personnes formées  qui puissent recevoir la parole de l’enfant, l’aider, le protéger, le soigner. Le chemin pour grandir est par conséquent  difficile. Parler devient plus facile à l’âge adulte, mais là encore, traumatisés par les violences vécues dans l’enfance, ces mêmes adultes ont du mal à trouver un professionnel spécialisé dans la mémoire traumatique et ses conséquences.

 

 

Non, c’est non: Comprendre le consentement à une activité sexuelle

La présente brochure fournit des renseignements sur l’âge du consentement à une activité sexuelle et donne un aperçu des lois canadiennes traitant de l’agression sexuelle et d’autres infractions où l’exploitation sexuelle est en cause. 

non-cest-non

 RESSOURCES

Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau Brunswick offre de nombreuses publications gratuites sur divers sujets :

Pour obtenir des exemplaires : www.legal-info-legale.nb.ca ou pleisnb@web.ca

La présente brochure fournit des renseignements sur l’âge du consentement à une activité sexuelle et donne un aperçu des lois canadiennes traitant de l’agression sexuelle et d’autres infractions où l’exploitation sexuelle est en cause.  La présente brochure ne constitue pas un exposé complet du droit dans ce domaine. Si vous vous posez des questions précises d’ordre juridique, adressez-vous à un avocat.

Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme à but non lucratif, mis sur pied en vue de fournir au public de l’information en matière juridique.

Nous désirons souligner la collaboration du Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton, des Services aux victimes, du ministère de la Sécurité publique, de la Division des poursuites publiques, du Bureau du procureur général du Nouveau-Brunswick et des professionnels de la santé et des services sociaux qui ont révisé ce livret et formulé des commentaires à son sujet.
Publié par: 
Service public d’éducation et d’information
juridiques du Nouveau-Brunswick
C. P. 6000
Fredericton (N.-B.)
E3B 5H1 CANADA
Tél: (506) 453-5369
Télécopieur: (506) 462-5193
www.legal-info-legale.nb.ca
Courriel : pleisnb@web.ca

Révision : mars 2013

ISBN 978-1-55396-945-7