Jérôme Nozet, le combat d’une vie

Documentaire de  Emmanuel Amara, Vincent Kelner et Julien Mignot

 

 

De 9 à 15 ans, Jérôme Nozet fut presque chaque jour la proie d’un pédophile – notable du coin dans l’Yonne et grand ami de la famille. Dans le plus grand silence. Avec le décès de sa mère, en 1994 – que l’enfant croyait être l’amante de son bourreau, comme ce dernier le lui laissait entendre -, les souvenirs enfouis des viols subis commencent à le vrillersans relâche. Il s’enfonce dans un mal-être ponctué de tentatives de suicide. Puis, fin 2002, vingt-deux ans après le début de son calvaire, il se décide à se rendre à gendarmerie et à « parler, pour la première fois ».

Jérôme Nozet a alors 31 ans, et ne sait pas qu’en vertu de la loi de l’époque sur la prescription, il ne peut porter plainte. Quelle que soit son incapacité à vivre et quels que soient les gamins que le pédophile continue ou non de détruire. Il a parlé trop tard. Trop tard pour que l’on reconnaisse son martyre, trop tard pour que le bourreau soit condamné… à moins que Jérôme Nozet ne retrouve d’autres victimes, plus jeunes que lui, prêtes à sortir du silence, et dont le cas ne soit pas prescrit…

S’IMPROVISER ENQUÊTEUR, VOIRE PROFILEUR

Pendant deux ans et demi, Emmanuel Amara, Vincent Kelner et Julien Mignot, les réalisateurs de Victimes d’un pédophile, le combat d’une vie – diffusé dans le cadre de « Hors Série » -, ont suivi Jérôme Nozet dans sa lutte acharnée pour que justice soit rendue. Car face à l’inertie de la gendarmerie, malgré les plaintes d’autres victimes retrouvées par Jérôme Nozet, ce dernier n’aura de cesse, une fois sorti du silence fin 2002, de mettre au jour les crimes commis par ce qui se révélera être un violeur en série. Pour cela, Jérôme Nozet va s’improviser enquêteur, voire profileur. Jusqu’à l’obsession. Ce que ce documentaire retrace.

En acceptant de faire l’objet de ce film, Jérôme Nozet pensait y faire surtout état de son activité actuelle : le travail qu’il mène via l’association Maryse Nozet – du nom de sa mère – contre les maltraitances sexuelles sur enfant. Les auteurs du documentaire, eux, ont fait le choix heureux de se centrer sur son histoire personnelle et judiciaire, pour qu’il reconstitue les sept années de survie où, seul et se sentant trahi par les institutions, il s’est battu pour que d’autres victimes aient droit à un procès… au final inattendu.

Toujours « célibataire sans enfant » en ce début 2010, encore soumis à des passes difficiles malgré « un gros travail de fond avec ma psy », Jérôme Nozet explique avoir « commencé à comprendre » qu’il n’était « pas coupable »

LE MONDE | |Par Martine Delahaye

 

L’écho de ce documentaire le 13-08-  2018  (fb)

« Mon métier de journaliste est parfois ingrat, souvent mal payé, presque toujours déconsidéré, mais putain quand il fonctionne, qu’est-ce que cela fait du bien!

Auj, interview de deux victimes d’abus sexuels par un beau-frère/oncle. Et au détour de la discussion, la plus jeune m’explique qu’elle a vu un doc à la télé où pour la première fois, elle a entendu parler de la prescription. Et elle s’est dit: soit je parle maintenant au risque de faire exploser ma famille, soit je me tais à jamais au risque de me détruire… Elle a parlé. L’homme a été reconnu coupable et condamné à 12 ans.

Le doc télé qui a été le déclic, elle me le décrit et je comprends qu’il s’agit de celui que j’ai réalisé entre 2006 et 2009, diffusé début 2010.

Donc encore un immense merci à certains:
-Jérôme Nozet. Ton courage et ta parole ont été nécessaires et utiles.
-Vincent Kelner, Julien voigt et El Sqwal pour leur talent.
-à France 3 pour avoir soutenu ce film.

Nous n’avons pas empêché ces faits (trop tard), mais nous avons poussé 2 jeunes femmes à les dénoncer et à finir leur vie debout. A replacer la vérité à sa juste place. Et çà, çà fait un bien immense…

Mélodie et Delphine, vous m’épatez, continuez à vous battre. Vous êtes en vie et rien que pour çà, Il a perdu, il ne vous a pas détruites.

Julien Mignot,

co-auteur du documentaire « Victimes d’un pédophile, le combat d’une vie ».

 

Les commentaires sont clos.